Deux axes de travail : mémorisation & compréhension

  • Mémoriser un cours (une définition, une propriété, un théorème…), c’est savoir le redonner à l’identique (tel quel), mot pour mot.
  • Comprendre un cours (une définition, une propriété, un théorème…), c’est savoir redire la même chose mais autrement :
    • avec d’autres mots ;
    • avec ses propres mots, à sa façon ;
    • ou d’une autre façon ;
    • ou avec un autre support (graphique : on le dessine, oral : on le raconte autrement, gestuel : on fait les mouvements qui veulent dire la même chose que le cours).

De la même façon que nous sommes droitiers ou gauchers, ou que selon la tâche, on utilise notre main droite ou notre main gauche, chaque personne a l’habitude de travailler un cours :

  • en commençant par le mémoriser, ou
  • en commençant par le comprendre.

Il est important de prolonger notre habitude (mémoriser ou comprendre) par l’autre activité (comprendre ou mémoriser), de façon à ce que le travail soit plus équilibré et complet.

Va-t-on plus vite (et plus longtemps) sans jambes, à cloche-pied ou en marchant avec nos jambes ? Si mémorisation et compréhension sont les deux jambes de l’apprentissage, alors il faut les alterner pour avancer.

Comprendre : un éclairage

Comprendre, c’est aussi expliquer et appliquer. Nous pouvons ainsi travailler l’explication en recherchant l’origine de la chose, et l’application en en recherchant la destination, l’usage. En résumé : d’où ça vient et à quoi ça sert ? (et comment on s’en sert ?)

Mémoriser : un éclairage

Mémoriser, c’est aussi anticiper les situations dans lesquelles ce que nous mémoriserons reprendra vie. Mémoriser quelque chose, c’est aussi (s’) imaginer OÙ et QUAND on se servira de cette pensée. Par exemple, je mémorise cette liste de vocabulaire, en imaginant pour chaque mot dans quelle occasion je m’en servirai et comment.

© Frédéric Rava-Reny

Travailler un cours