Il vous semble que l’on vous donne les mêmes exercices.

1) Assurez-vous que vous avez établi une rédaction parfaite de l’exercice.
Une rédaction parfaite doit comporter :

  • l’énoncé des données ;
  • l’explicitation de toutes vos notations (quand vous introduisez une notation, vous devez le dire !) ;
  • la loi (définition, propriété, théorème…) utilisée pour passer de ce que l’on sait (par énoncé, par démonstration…) à ce que l’on cherche à prouver ou établir ou à montrer ;
  • le calcul littéral, avec uniquement les données de l’énoncé ;
  • la vérification de la cohérence du calcul littéral (avec les unités, l’analyse dimensionnelle…) ;
  • l’application numérique, avec les unités appropriées, c’est-à-dire souvent celles du Système International (mètre, kilogramme, seconde, ampère…) ;
  • la cohérence du résultat de l’application numérique.

2) Établissez la structure (le squelette, l’ossature, la charpente…) de l’exercice en s’aidant par exemple :

  • du schéma de sériation spatio-temporel ;
  • d’un organigramme ;
  • d’un algorithme ;
  • d’une carte heuristique

Une fois que vous avez fait ces deux points (1 et 2), vous pourrez savoir si deux exercices sont « les mêmes ». Cela est le cas si :

  • le calcul littéral est le même ;
  • la structure de l’exercice est identique.

3) Selon votre niveau, vous pouvez démontrer tous les théorèmes que vous utilisez, et même les démontrer en utilisant les données de l’exercice.

4) Vous pouvez chercher le domaine d’application de l’exercice réalisé, ou bien dans quel domaine d’application des lois utilisées (ou des concepts utilisés) se situe cet exercice.

Vous pouvez faire la même chose avec l’explication.

© Frédéric Rava-Reny

Eviter l’ennui en cours