Translator, élève de 2nde, à quant à lui choisi la forme du « chat » (discussion en direct sur internet) pour nous faire part de ses intuitions de sens face à l’article sur les 3 cerveaux.

Il a en fait retrouvé les prémices du raisonnement de Sigmund Freud sur l’inconscient à partir de la théorie de MacLean (quoi de plus naturel quand on sait qu’un des objectifs de MacLean était de redonner une reformulation à l’inconscient).

Il a également retrouvé ces « projets qui s’installent en nous sans nous », selon la formule d’Antoine de La Garanderie. Il en déduit qu’en «dernier ressort, c’est nous-mêmes qui décidons du bonheur ou du malheur dans notre vie : c’est finalement nous qui décidons de ce qui nous arrive même si ne nous en rendons pas compte».

Au moins un chapitre du livre de Boris Cyrulnik, « Le hasard de nos rencontres est-il déterminé » des Nourritures affectives, l’intéressera sans doute pour prolonger sa réflexion.

Courrier des lecteurs n°4