– Bonjour, j’appelle pour ma commande, je vous donne mon nom ?
– Bonjour. Non, votre numéro de commande ou votre numéro de facture.
– D’accord, attendez un instant. C’est la treize trente-six soixante quatre (13 36 64).
– Ce n’est pas possible, ce numéro ne correspond à rien, nos numéros de commandes commencent par cent-trente-trois-mille.
– Ah, attendez, oui, j’ai aussi comme numéro cent-trente-trois-mille-six-cent-soixante-quatre (133 664). [je suis intelligent, je m’adapte… et je sais aussi rester courtois devant quelqu’un qui ne l’est pas]
– Oui, très bien, bonjour Monsieur Rava, que voulez-vous savoir ?…

Cet échange téléphonique m’a laissé perplexe. Il y aurait bien en France 20 % d’illettrés ou d’analphabètes à la sortie du collège. Ou, si ce n’est pas le cas pour cette personne, beaucoup de personnes qui manquent de souplesse intellectuelle.

Et que fait-on par rapport à ça ?…
Eh bien, nous en tout cas on fait de la pédagogie…

Ce numéro n’existe pas… ou l’illettrisme en cavale